Portraits

Photographe

Franck Socha

«Dans la vie, y a ceux qui ont les flingues chargés et ceux qui creusent. Toi, tu creuses…» Clint Eastwood, «Le bon, la brute et le truand»
  • Publié le : 14/11/2008 - 18:23
franck socha Il y en a qui choisissent un métier, et d'autres pour qui c'est le métier qui les choisit. Je fais partie de ceux-là. Photo © F.S Franck Socha

Il y en a qui choisissent un métier, et d'autres pour qui c'est le métier qui les choisit.
Je fais partie de ceux-là.
Je ne m'étais pas destiné à cette profession. Je n'ai pas eu d'appareil photo à ma première communion, pas d'oncle lointain dont c'était le métier et encore moins de professeur providentiel...

Mais le fait est qu'en 1992 - bizarrement, cela correspond à la Coupe de l'America à San Diego -, j'arrête du jour au lendemain mes études de professeur d'éducation physique et sportive pour me consacrer à la photographie.
Je pense que certains copains de promo de l'époque - Jean-Christophe Mourniac, avec qui je faisais de la voile, et Philippe, son frère, membre de l'équipe Pajot qui nous faisait rêver à distance - ne sont pas complètement étrangers à cette décision.
Je pense que je peux aussi remercier certains de mes professeurs d'université de l'époque, qui ont réussi à me dégoûter de la filière et montré que je n'étais pas prêt à rentrer dans le moule.
Me voilà propulsé photographe professionnel... Est-ce un vrai métier ?
Bien que planchiste, marin et surfeur, je n'ai pas commencé par de la photographie dans ce milieu. Au contraire, j'ai fait mes armes à l'école du studio, pack-shot et autres photos de reportage, avec la chance de collaborer pendant six ans au Label Bleu, maison de disque de jazz qui m'a permis de travailler mes portraits au rythme de la musique des plus grands musiciens de jazz ou de world music.
J'en garde d'ailleurs un goût prononcé pour les portraits.
Ce n'est qu'en 1998 que je décide qu'il est temps de passer aux autres facettes qui me plaisent dans ce métier, à savoir les voyages, le sport, les autres, la planète... J'ai alors la chance de rencontrer François Caron, de l'agence Gamma, qui me fait confiance et me permet d'être diffusé. Pour mon premier grand sujet, je décide d'aller couvrir la Coupe de l'America en Nouvelle-Zélande.
Un aller-retour en poche et de quoi tenir un mois... J'y reste finalement sept mois - avec un banquier qui n'attendait que mon retour.
J'étais à l'époque le benjamin des photographes de l'épreuve et me suis retrouvé à partager les bureaux de confrères prestigieux comme Gilles Martin-Raget, Carlo Borlenghi, Thierry Martinez et quelques autres, dont l'énumération serait un peu longue, mais dont l'amitié fut précieuse.
Ou encore un certain Loïc Le Bras...
C'est aussi au cours de ce premier reportage en Nouvelle-Zélande que je rencontre Peter Blake, qui me proposera de venir travailler avec lui pendant trois mois lors de sa dernière expédition en Amazonie.
Ce serait un euphémisme de dire que cette période m'a marqué, autant par l'expédition au coeur de la jungle amazonienne que par la fin tragique de celle-ci. Ce fut d'ailleurs un peu difficile de reprendre les boîtiers au début de l'année 2002...

Mais je dois encore une fois remercier Bruno Troublé, Christine Bélanger et Marcus Hutchinson, qui m'ont demandé de couvrir la Coupe Louis Vuitton 2002 et la Coupe de l'America 2003 en tant que photographe officiel des épreuves.
Il serait un peu long de citer toutes les personnes qui ont compté pendant ces quinze premières années. De Benoît Cailleux qui m'a donné mes premiers contrats à Jérémie Eloy et Fabienne D'Ortoli avec qui nous sommes allés faire des sujets aux quatre coins de la planète sous différents prétextes fallacieux, en passant par Stéphane Kandler et les trois ans passés au sein de K-Challenge. Sans oublier Céline bien sûr, qui travaille avec moi.

J'ai commencé ce métier, car je voulais aller à la rencontre du monde.
J'ai mis du temps à m'apercevoir que la rencontre de ceux qui croient en votre travail, qui regardent votre travail, qui vous permettent de continuer et d'aller plus loin fait certainement partie des plus belles.
Tout cela en échange d'un peu de rêve.
J'espère pouvoir encore longtemps avoir un peu de monnaie d'échange...

1992. Débute la photographie.
1994-2000. Travaille avec le Label Bleu, maison de disques de jazz.
1998. Travaille pour l'agence Gamma.
1999-2000. Couvre l'America's Cup en Nouvelle-Zélande pour Gamma.
2001. Participe aux Blakexpeditions en Amazonie aux côtés de Peter Blake.
2002-2003. Photographe officiel de la Coupe de l'America en Nouvelle-Zélande.
2004. Reportage sur l'île de Pâques.
2004-2007. Photographe pour K-Challenge, défi français pour la Coupe de l'America.
2008-2040. Plein de projets...

Boîtiers Nikon D2X, Nikon D3
Objectifs Nikon, du 10.5 jusqu'au 600 mm

Boîtier Mamiya 6
Objectifs 50, 75 et 150 mm

Chambre Arca Swiss F avec dos Phase One P45
Objectifs Schneiders, Rodenstocks et Nikon, du 47 au 800 mm


Franck Socha

11, allée des Génévriers
17390 La Tremblade
Tél. : (+33) 6.30.36.77.72
E-mail : contact@francksocha.com
Site Internet : www.francksocha.com

Bureau à Paris
Celine Trouvé
13, boulevard de Garibaldi
75015 Paris
Tél. : (+33) 6.16.53.74.94