Actualité à la Hune

Vacances j'oublie tout !

Jonathan Lobert, médaillé olympique et plaisancier heureux !

On peut faire partie de l'élite de la régate et apprécier les charmes de la croisière. C'est le plus simplement du monde que Jonathan Lobert, médaillé olympique en Finn aux JO de Londres 2012, nous a raconté de ses vacances en Croatie en voilier de location.
  • Publié le : 26/07/2013 - 00:01

Débarquement en annexe en familleEn vacances aussi, notre régatier olympique Jonathan Lobert apprécie de prendre la barre pour un séjour à la voile en famille, de pouvoir naviguer à son rythme et de choisir son itinéraire de croisière en toute liberté !Photo @ Famille Lobert

Les stars de la voile, «people» inaccessibles ? Non, des plaisanciers comme vous et moi ! Témoin, Jonathan Lobert, médaillé olympique en Finn, ravi de ses dernières vacances en voilier de location en Croatie. Petite causerie à son débarquement.

Après une année 2012 bien remplie et une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Londres en solo sur son Finn, Jonathan Lobert s’est accordé une semaine de pause – à la voile toujours –, le temps d’une croisière en équipage en Croatie à bord d'un Sun Odyssey 44i. Accompagné de six membres de sa famille, le Finniste de 28 ans a profité des nombreux mouillages qu’offre la côte dalmate.

Revenu de son séjour du côté de Split, Jonathan nous a accordé quelques minutes pour nous raconter ses impressions de vacances.


Au mouillage en CroatieSur la côte dalmate, Jonathan Lobert a trouvé ce qu"il apprécie le plus dans un mouillage : un endroit calme pour faire halte et se baigner, tranquille pour passer la nuit.Photo @ Photothèque Sunsail

voilesetvoiliers.com : Alors, Jonathan, comment cette croisière s'est-elle déroulée ?
J.L. : Très bien ! Je suis parti avec mes deux sœurs, leurs copains et mes parents. L’ambiance à bord était excellente, les conditions aussi : temps magnifique, pas un nuage, 30-35°C dans l'air, l’eau vraiment bonne. Nous nous sommes baignés quasiment tout les jours. Ces vacances ont donc été une véritable bouffée d’oxygène ! Toute la semaine, nous nous sommes aperçus qu’en bateau, on pouvait voir des choses très différentes que lorsque qu’on se balade en voiture, par exemple.



v&v.com : Avant cette croisière, avais-tu déjà navigué avec ta famille ?
J.L. : Oui, ça m’était déjà arrivé de faire ce genre de croisière pour le plaisir avec mes parents. Nous étions notamment allés aux Antilles et nous avions aussi loué un voilier.

v&v.com : Comment ton arrivée sur place s’est-elle passée ?
J.L. : Sans problème. J’ai été impressionné par le nombre de bateaux quand je suis arrivé à la marina de Kremik, à un quart d'heure de l'aéroport de Split. L’accueil est vraiment très sympa, les gens sont disponibles, ils nous ont expliqué tout ce qu’il y avait à savoir au sujet du voilier pour le moteur, les pompes, les WC…

v&v.com : Quel bateau aviez-vous choisi ?
J.L. :
 Nous avions un Sunsail 44 (Sun Odyssey 44i). Le bateau était vraiment bien, très confortable. Nous avions chacun notre cabine (*), personne n’a dormi dans le carré.

En navigation sur le Sun Odyssey 44iPlan Philippe Briand, le Sun Odyssey 44i disponible à la location reste beaucoup plus reposant à manœuvrer que le Finn de Jonathan Lobert, surtout dans les brises médium qui soufflent pratiquement durant toute la saison en Croatie !Photo @ Photothèque Sunsailv&v.com : Qui était le chef de bord ? 

J.L. : Principalement moi. Avec mon père, on discutait des sites où l’on souhaitait aller – c’est vrai que la Croatie c’est génial, il y a des îles partout, donc pas besoin de faire beaucoup de distance pour être tout de suite dans un autre super-endroit ! C’est le côté vraiment sympa qui plaît à tous. Le soir, on regardait ce qu’on allait faire le lendemain. On cherchait un mouillage sympa pour le déjeuner, on se baignait et puis on repartait l’après-midi pour arriver dans un autre mouillage le soir.





v&v.com : Comment avez-vous choisi les sites à visiter, les mouillages… ?
J.L. : Durant le briefing, nous avons eu plusieurs infos sur les endroits sympas à visiter. Ensuite, à bord, nous avions à bord un guide nautique sur les différents mouillages, petits ports et marinas. Après, il y a bien sûr eu une partie découverte, exploration. Nous avons trouvé quelques endroits magnifiques totalement par hasard.



v&v.com : Un de tes meilleurs souvenirs de cette croisière ?
J.L. : Un jour, on a quitté tôt le mouillage, mer plate, beau temps, et nous en avons profité pour prendre notre petit-déjeuner en mer dans le cockpit. Un très beau moment familial.
En général, ce qui me plaît dans la croisière, c’est être au mouillage, car j’aime être un peu tout seul. Dans les marinas, tout le monde est les uns sur les autres, ça me plaît moins. L’avantage du bateau et de la croisière, c’est qu’on peut s’installer dans un endroit calme, y passer la nuit. On peut aussi prendre l’annexe pour faire un petit tour à terre et découvrir les environs – ou boire un petit café.





v&v.com : Ça t’a pas mal changé de ton Finn, j'imagine ?

Jonathan Lobert, 2e du Test EventJonathan Lobert dans ses œuvres, au portant dans la brise en Finn.Photo @ Robert Deaves Finn Class

J.L. : Ah oui ! Le Finn, c'est physique, et je ne peux embarquer personne. A chaque fois que je veux emmener du monde faire un petit tour, c’est galère à cause de la bôme qui est super-basse. Le Finn n’est pas adapté à ce genre d’activité… C’est mieux dans ce contexte-là, la croisière tranquille, en maillot, au soleil et en famille !

(*) Le Sun Odyssey 44i offre deux vraies cabines doubles à l'avant, et non une quatrième cabine latérale avec des couchettes superposées.




...........
Propos recueillis par Aurélie Bargat (agence Effets Mer) et Alice Russeil (Sunsail France).

Les tags de cet article

En complément

  1. francis et son finn 14/09/2012 - 00:02 Balade fluviale Croisière en Finn sur la Saône Le Finn nous a donné notre seule médaille aux JO de Londres 2012. Il peut aussi procurer de jolies joies en… croisière. Fluviale, qui plus est. Démonstration bucolique le long de 50 milles de Saône.
  2. ambition 26/08/2012 - 22:43 JO de Londres 2012 Jonathan Lobert : «Il n’y a pas de chemin particulier pour réussir» La tension et l’excitation à peine retombées, Jonathan Lobert – médaillé de bronze en Finn – revient sur ses Jeux, sa préparation et son état d’esprit, analysant sa performance et se livrant un peu.
  3. aux innocents les mains pleines 05/08/2012 - 21:32 JO de Londres 2012 Lobert fait son hold-up !! A 27 ans et pour ses premiers Jeux olympiques, Jonathan Lobert décroche une incroyable et magnifique médaille de bronze en Finn, après avoir remporté une Medal Race d’anthologie !
  4. vignette-jo-portaits-web-lobert 25/07/2012 - 00:01 JO de Londres 2012 – Finn Tout sur Jonathan Lobert À la veille de la cérémonie d’ouverture des Jeux, découvrez tout de notre représentant en Finn, Jonathan Lobert (27 ans), son bateau, ses choix d'équipement, son palmarès… Cet article est en accès libre pour les abonnés de Voiles et Voiliers et les acheteurs du n°498 (via code de connexion) disponible en kiosque à partir du 13 juillet.
  5. feu intérieur 02/03/2012 - 00:10 JO de Londres 2012 Jonathan Lobert : «Ben Ainslie n’est pas infaillible» À cinq mois des Jeux pour lesquels il est sélectionné en Finn, Jonathan Lobert – 26 ans, 1,95 m, 100 kg – nous éclaire sur son quotidien de grognard. Battre l’icône Ben Ainslie est dans ses cordes.
  6. 26/11/2010 - 06:22 Le Finn : fun et olympique, depuis 1952 Le Finn, dériveur en solitaire dessiné par Rickard Sarby pour les Jeux d’Helsinki fêtera ses 50 ans d’olympisme à Londres en 2012. Grâce à une évolution constante et à un renouveau de la flotte emmenée par des coureurs prestigieux comme Ben Ainslie, ce catboat a réussi à rester dans l’air du temps. L’ISAF l’a présélectionné pour les Jeux de 2016, mais pour rester olympique, chaque support doit démontrer son attractivité. D’où ce clip « fun et sexy » réalisé par l’Association Internationale de Finn…