Actualité à la Hune

Volvo Ocean Race

Du fort, du chaud et du froid !

En attribuant un coefficient 2 sur cette étape le Cap –Melbourne, les organisateurs de la Volvo Race ne s’y trompent pas. C’est bien une très grosse étape, dure, longue et périlleuse qui attend les sept monotypes et leurs équipages.
  • Publié le : 09/12/2017 - 15:33

Finies les vacances au soleil du Cap. La ville symbole des étapes autour du monde, située aux carrefours de système météo puissants, réserve aux courageux navigants un départ musclé, vent dans le nez ! Après probablement quelques heures « sur la tranche » en bâbord amure vers le Sud, les voiliers devraient attraper leur première dépression antarctique mardi, puis choquer les écoutes vers l’Australie à travers le désert froid et mouvementé de l’Océan Indien.

Victoire in port Le CapCharles Caudrelier et son équipe n’ont pas réussi une entame de Volvo Race parfaite. Battus après une première manche totalement stérile, puis laissant filer la victoire dans la deuxième, ils ne doivent plus perdre de points s’ils veulent concurrencer les impressionnants Espagnols de Mapfre. Espérons que leur victoire dans l’in-shore du Cap hier (notre photo) leur a apporté enfin la confiance dont ils auront besoin sur la route de Melbourne !Photo @ Martin Kéruzoré/Volvo Ocean Race

Dans l’Atlantique Sud, c’est l’été

Toutes les masses d’air chaudes se sont décalées vers le Sud, y compris l’anticyclone de Sainte-Hélène qui a quitté son cocon habituel, bien centré entre l’Afrique et l’Amérique du Sud. Il flirte ces derniers jours autour du 40° Sud en débordant même largement au-delà du continent africain, et bloque totalement la circulation des dépressions antarctiques entre le 40° et le 50° Sud. Ces dernières sont acculées à se faufiler au ras du continent antarctique vers le 60°Sud…

Cette position extrême de la haute pression a d’autres conséquences. Combinés avec la basse pression « de saison » qui se développe sur les hauts plateaux sud-africains (masse jaune) les vents de Sud Est se compriment sur le relief et transforment la jolie baie du Cap en tempête coriace.
Sale temps pour les équipiers dimanche : il faut prévoir sans doute 30 à 40 nœuds plein axe et une mer bien hachée pour commencer l’étape !

Schéma « situation prévue dimanche 12HTU »C’est bien l’anticyclone de Sainte-Hélène qui est sur le 40° Sud ! Pas de dépression en vue pour les sept voiliers qui veulent en découdre. Avec la présence de la basse pression qui se développe traditionnellement sur le relief sud-africain, le vent de Sud Est se déchaîne au ras de la province du Cap. L’entame de l’étape va être sportive !Photo @ Dominic Vittet

Il faut donc aller chercher les vents portant au Sud. Car Sainte-Hélène, bien que solide, ne peut résister très longtemps aux énormes coups de butoir des tourbillons antarctiques qui jouent des épaules et finissent par pousser la haute pression vers le Nord.
En partant bâbord amure plein Sud, les Volvo 65 vont petit à petit s’éloigner de la zone de compression, retrouver des vents médiums plus confortables et éviter en même temps la zone de calmes qui sévit au Sud du continent (zone violette). Ce vent, qui ne cesse de refuser jusqu’au Sud-Ouest, annonce l’arrivée de la perturbation D1. Il faudra virer au bon moment. Ni trop tôt, au risque de toucher les vents portants trop tard, ni trop tard sous peine de faire trop de route…

Les systèmes d’espionnage AIS et autres radars vont fonctionner à plein… Surtout ne pas rater le train du grand Sud.

Schéma Situation prévue mardi 0 heureL’anticyclone de Sainte-Hélène, qui est descendu particulièrement bas, finit par céder un peu de terrain et remonte vers l’Atlantique Sud. Les concurrents devront filer Sud, au près, pour aller chercher la bascule et virer, cap vers l’Est. À partir de mercredi, ils devraient retrouver le train des dépressions et filer sur la latitude du 40°Sud.Photo @ Dominic Vittet

D’ici mardi, les gréements vont se redresser. Toute la garde-robe, code 5, code zéro et autres gennakers vont défiler sur le pont dans cette transition vers les vents portants et, finalement, laisser la place aux spis. Mercredi, les équipages seront « au taquet ». Les vents d’Ouest 30 – 35 nœuds devraient propulser les carènes fumantes à grandes enjambées vers l’Est.

Avec une arrivée prévue à Melbourne, il ne suffira pas de creuser l’écart dans l’Océan Indien pour gagner. Car dans cette contrée si particulière sir de l’Ouest australien, tout est possible. Ce désert brûlant qui flirte avec les eaux froides du grand Sud génère toutes les combinaisons les plus folles. Soit l’anticyclone « local » déborde sur la route des concurrents et le final vers la cité australienne peut virer au cauchemar. Soit une dépression antarctique remonte du Grand Sud, puis s’engouffre dans le détroit de Bass, et les coursiers surferont jusqu’à la ligne d’arrivée !

Réponse dans une vingtaine de jours.

Schéma températuresÀ peine sortis de la baie du Cap, les voiliers vont atteindre les eaux froides de l’Océan Indien. Une chute de température bien connue des marins, eau et air confondus, de plus de 10°, voir 15°, en quelques heures. Il faudra tenir deux semaines entre 0 et 5° avant de retrouver l’air brûlant du continent australien qui atteint couramment ses 40° ! À moins qu’une dépression antarctique ne remonte vers la Tasmanie…Photo @ Dominic Vittet

Volvo Ocean Race 2017-218
Classement général après deux étapes

1. MAPFRE, 14 points
2. Vestas 11th Hour Racing, 13 points
3. Dongfeng Race Team, 11 points
4. Team AkzoNobel, 7 points
5. Team Brunel, 6 points
6. Team Sun Hung Kai/Scallywag, 5 points
7. Turn the Tide on Plastic, 2 points